Guy Perillat (1940- )

Originaire de la Clusaz, il est connu comme étant un des plus grands champions des années 1950-1960. Il a eu un grand palmarès avec 88 premières places dans des épreuves internationales. Il a été plusieurs fois champion du monde, notamment à Portillo au Chili en 1966.

Il a exercé dès son plus jeune âge à la Clusaz sur les pentes du « champ Bochet », appelé aujourd’hui « champ Gillet ». A l’àge de 13 ans, il a remporté sa premiére compétition, un slalom géant, ce qui lui a valu d’être repéré puis convoqué par James Couttet pour participer au stage d’entraînement de l’équipe de France de ski alpin sur les hauteurs de Chamonix. L’année suivante, il a empoché le titre de champion de France Junior de Slalom Géant.

En 1957, on lui remit le « coq », insigne qui donnait le droit à son détenteur de représenter son pays lors des grandes compétitions internationales. Il est remis chaque année. Guy Périllat en a reçu 13. Il en était d’ailleurs très fier : « Je considère comme un honneur de représenter mon pays, de tout mettre en oeuvre pour en être digne, de lutter loyalement et en estimant toujours les adversaires qui, dans le monde du ski, sont très souvent des amis. »

Il a été sélectionné pour les JO d’hiver de Squaw Valley en 1960. A sa grande surprise, il a été retenu pour les trois épreuves : slalom spécial, slalom géant et descente. Il a obtenu une médaille de bronze de descente, et une 6ème place dans les deux autres épreuves, ce qui lui permis d’empocher la première place du combiné. Cependant, à sa grande surprise, il a appris au dernier moment qu’il n’était pas champion olympique, mais champion du monde. C’est d’ailleurs une des particularité de ces jeux-là. En effet, il a été décidé que le titre de champion du monde de combiné serait décerné à partir des résultats obtenus lors des JO de Squaw Valley dans les trois épreuves.

4 ans plus tard, Guy Périllat est malheureusement rentré bredouille des JO d’Innsbrück. Loin d’être découragé, il a obtenu le titre de champion du monde de slalom géant à Portillo au Chili en 1966. Les Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 furent la dernière compétition internationale à laquelle Guy Périllat participa avant de mettre fin définitivement à sa carrière sportive l’année suivante.

Il fut enfin récompensé pour sa carrière par la Légion d’Honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *